La radiologie dentaire

La radiologie

 

La radiologie est un complément d'examen indispensable à la disposition de votre chirurgien-dentiste. Que voit-on sur une radiographie dentaire ?

On ne voit essentiellement que les tissus durs, c'est-à-dire, l'os et les dents.

On peut voir également ce qui a été introduit dans l'os comme des implants ou bien ce que que l'on a mis dans la dent comme des tenons et des couronnes ou encore de la pâte d'obturation canalaire

Quelles sont les différentes radiographies pratiquées :

 

La rétro-alvéolaire :

 

Pour la réalisation de l'examen vous êtes installé confortablement,  assis, tête appuyée.

C'est une radiographie de petite taille, prise dans la bouche du patient. Elle enregistre 2 à 3 dents, un peu comme un gros plan.

 

Elle est plutôt facile à réaliser grace a un tube radio, appelé "long cone" car plus long que celui d'un dentiste pour obtenir une quaité d'image superireure On y voit les caries, les traitements déjà réalisés : couronnes, amalgames, , l'état des racines , la qualité de leur obturations ainsi que l'état de leurs extrémités; Elle permet aussi de quantifié l'éventuelle  perte d'os de soutien de la dent.

On observe sur cette radio, une carie sur la première molaire, une couronne métallique (en blanc) sur la deuxième molaire.

Perte de l'os de support de la dent : maladie parodontale

 

 

 

 

Le bilan long cône

Le bilan long cône est une série de  17 radiographies dentaires rétro-alvéolaires i les dents des deux arcades supérieures et inferieures, qui permet une étude radiologique  extrêmement  précise dans le cadre d'un bilan dentaire, parodontal, ou endotontique. 

Le long cône est la technique qui projette l'image la plus exacte du niveau de l'os alvéolaire, la dent et de l'espace desmodontale d'où son intérêt primordiale dans le diagnostic et le suivi des maladies PARODONTALES, lorsqu'il est nécessaire d'employer une technique standardisée et reproductibilité pour permettre la comparaison avant et après le traitement.

 

 

 

 

La radiographie panoramique : 


 

La radiographie panoramique tient une place prépondérante dans l'investigation radiologique des maxillaires et des arcades dentaires. Le terme de cliché panoramique s'applique à une vue complète et développée des mâchoires supérieure et inférieure. En effet, cette technique radiologique se propose d'obtenir sur un seul film, une image globale de l'ensemble des arcades dentaires, toutes les dents sont radiographiées sur le même cliché

. C'est un examen de première intention souvent nécessaire, parfois suffisant.

Le bon usage de cet examen nécessite une bonne connaissance de l'anatomie du massif facial, de l'anatomie radiologique et du principe de la radiographie panoramique


Cet examen devrait être systématique afin d'éviter de "passer à côté" d'une pathologie. 

, 

Cet examen permet de déceler un grand nombre de problèmes, on peut observer :

•    les dents incluses dans les maxillaires   

•    l'étendue des kystes dentaires

•    les agénésies (absence de germe dentaire)

•    les dents surnuméraires

•    l'évaluation générale de la perte de l'os de soutien des dents (parodontite)

•    les tumeurs.

Il est habituellement pratiqué chez le radiologue. Certains cabinets dentaires disposent de l'appareillage. 



 

 

La téléradiographie de profil, de face, verticale (incidence de Bouvet) :

 

 

La téléradiographie de la tête est un cliché très utile en orthodontie, et se fait de profil, de face ou en incidence verticale. Elle se fait chez l'adulte et chez l'enfant.

La téléradiographie de profil permet de voir les repères osseux précisément, et d'évaluer le rapport des mâchoires entre elles, la position des dents et leur inclinaison dans la mâchoire selon l'âge, et selon les habitudes musculaires de l'enfant ou de l'adulte (succion du pouce, déglutition primaire ou infantile, phonation primaire avec un cheveu sur la langue...).

Elle permet de prévoir le déplacement des dents et leur position définitive chez l'enfant. De nombreuses constructions céphalométriques ont été imaginées pour permettre aux praticiens orthodontistes de faire le diagnostic qui permettra un traitement adapté.
Elle permet de prévoir l'espace disponible pour placer les dents définitives chez l'adulte. Les repères osseux sont précieux pour repérer les sites où poser des implants chez l'adulte, sans toutefois remplacer le scanner.

 

 

 

 

La radiographie occlusale maxillaire ou mandibulaire

 

Principe de l'examen

Avoir une vision dans un autre plan de l'espace souvent perpendiculaire à celui du panoramique dentaire sur un secteur plus limité.

Réalisation de l'examen

Technique de mordu : le cliché étant dans la bouche du patient tête droite, ou fléchie (maxillaire supérieur), ou défléchie (mandibule). Le rayon directeur de la source est orthogonal ou oblique (cliché dys occlusaux), par rapport à l'axe du film.

Images

 

Ces clichés  

•   de la position d'une dent (incluse),

•   d'un traumatisme dentaire (du secteur incisivo-canin),

•   des rapports d'une lésion osseuse,

•   d'une fente palatine.

•   recherche également au niveau de la mandibule de calcifications des parties molles (lithiase salivaire surtout au niveau de l'abouchement du canal de Wharton).

 

Ces clichés n'ont toutefois pas la précision morphologique et topographique d'un scanner ou cone-beam.  

 

 

Le Cone-Beam

 

Qu'est-ce qu'un "Cône Beam" ?

Le terme exact est CBCT (Cone Beam Computerized Tomography),  que l'on peut traduire en français par Tomographie Volumétrique Numérisée

à Faisceau Conique.

 

Il s'agit en fait d'une sorte de Scanner, beaucoup moins irradiant grâce au faisceau conique, et dont le champ est réduit .

 

 

 A quoi sert un Cône Beam ?

 

La radiographie conventionnelle donne des indications en 2 dimensions, le cone-beam en ajoute une troisième, ce qui donne la notion de volume. 
Il permet des diagnostics précis eavant des interventions chirurgicales importantes, C'est un outil diagnostic fabuleux.

 

En un seul passage, il est possible de radiographier le massif maxillo-facial.

Une fois l'acquisition réalisée, il nous est possible de faire des reconstructions dans tous les plans de l'espace.

Dans chaque plan, nous pouvons naviguer avec des coupes extrèmement fines, de 0,25 mm.

 

Le cone beam permet une imagerie rapide et très fiable, il peu irradiant et est devenu indispensable  en:

- implantologie dentaire, avec étude du volume osseux et pour situer les principaux obstacles anatomiques (nerf dentaire et sinus).

- pathologie infectieuse, à la recherche de lésions non dépistée par les clichés simples ou pour les préciser.

- en traumatologie, à la recherche de fissures dentaires, de fracture ou fissure mandibulaire

- pour la rechercue et la situation des dents incluses

 

L'examen cone beam n'est pas pris en charge par la CPAM en matière de bilan pré implantaire, mais pris en charge en partie pour  la recherche des dents incluses, des foyers infectieux et des fractures osseuses ou dentaires.